Mouvement associatif, agent de changement social – Historique, constats et perspectives

Panel

L’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS) vous convie à une réflexion par la présentation d’un panel composé de :

Madame Thérèse Colin, qui a été directrice du Comité régional des associations pour la déficience intellectuelle (CRADI) de 1989 à 2015

Madame Pauline Couture, qui est actuellement directrice générale du Groupement des associations des personnes handicapées de la Rive-Sud de Montréal (GAPHRSM)

Monsieur Emmanuel Laloux, proche d’une personne présentant une déficience intellectuelle, président, Association Down Up

Monsieur Emmanuel Rodrigue, qui est directeur général de l’Association pour l’intégration sociale Beauce-Satigan

 

Poser un regard sur l’évolution du milieu associatif de ces 40 dernières années, c’est bien sûr intéressant d’un point de vue historique et sociologique; mais c’est aussi un exercice salutaire pour ceux et celles, plus jeunes, qui cherchent à savoir et comprendre pour se situer dans une lignée significative afin de réussir les changements nécessaires à l’évolution de la société, mais c’est aussi se poser les bonnes questions dans une période de grandes mutations pour nous permettre de regarder l’avenir sous un jour plus éclairé et plus prospectif.

Le milieu associatif a été un acteur essentiel de soutien des familles et des personnes dans les années 80 alors que le Québec se décidait à sortir les personnes ayant une déficience intellectuelle des institutions. Il avait été aussi un des instigateurs de la reconnaissance du potentiel des personnes ayant une déficience intellectuelle et il visait une intégration pleine et entière. Ce faisant, il a influencé grandement les sphères politiques et sociales dans une période où l’État était l’acteur majeur du développement du Québec sous tous ses angles, celui de la solidarité sociale, entre autres. Ce fut une période intense de défense des droits, de promotion de l’intégration sociale dans une vision d’égalité des chances.

Les premières années du XXIème siècle constituent un tournant important de recul de l’engagement de l’État au profit d’une vision axée sur l’économie et la mondialisation, redonnant au monde des affaires une emprise sur toutes les sphères de la vie sociale, remettant ainsi en question la façon de garantir des droits, desservir, protéger, intégrer les personnes les plus vulnérables de la société. Réorganisation, voire diminution des financements reliés aux services sociaux, modification structurelle des établissements dédiés à la prise en charge des personnes, contractualisation avec le privé, coupures de services ont rendu les services sociaux précaires et laissés les familles et les personnes à la dérive. Défendre les droits des personnes à l’égalité et à l’intégration est devenu un véritable défi.

Par ce panel composé d’acteurs du milieu communautaire de différents âges et de différentes provenances, l’Association du Québec pour l’intégration sociale (AQIS) en tant que regroupement provincial souhaite susciter un questionnement s’adressant d’abord aux citoyens en tant que membres d’une communauté, à savoir comment vont vivre des personnes vulnérables qui ont besoin d’un soutien dans certaines sphères de leur vie, quelle place on leur fait dans le monde du travail, quel milieu résidentiel peut répondre à leurs besoins, quelles sont les instances responsables, qui doit contribuer financièrement, quel investissement on y consacre, etc. Ce sont des questions qui actuellement semblent volontairement rester dans le vague. À défaut de consensus collectif, et sans un certain leadership, on laisse ces personnes dans des situations non définies, précaires, sans réel filet social, aux dépens de leurs familles elles-mêmes dans des situations de plus en plus précaires. Le milieu associatif ne peut faire l’économie de se situer dans cette période de changement, de se donner des orientations et des pratiques, mais jusqu’où? Le milieu associatif est-il cet agent de changement? Est-il celui qui se fera encore le gardien du respect des droits?