La pratique du « par et pour » : les personnes au cœur de leur projet

Mercredi 16 mai

Cette journée est consacrée à la pratique du « par et pour », c’est-à-dire qu’elle met en valeur différentes activités développées par et pour les personnes présentant une déficience intellectuelle. Il peut s’agir de projets d’intervention, de recherche ou de formation ou encore d’activités d’autoreprésentation. Une portion de cette journée permettra également à des personnes présentant une déficience intellectuelle de prendre la parole sur des thèmes qui les préoccupent. Trois types de propositions seront acceptés pour cette journée.

a) Les expériences d’autoreprésentation dans la francophonie

Ces communications permettent de mieux connaître les pratiques d’autoreprésentation dans les différents pays de la francophonie. Elles permettent de mettre en valeur des réalisations et des pratiques inspirantes. Ces présentations sont de 30 minutes.

b) La recherche et la formation par et avec des personnes présentant une déficience intellectuelle

Ces communications mettent en valeur des expériences de formations et de recherche qui ont été réalisées par et avec des personnes présentant une déficience intellectuelle. Elles permettent de souligner les bénéfices et les défis que représente ce type d’expérience. Les présentateurs sont invités à souligner les processus qui ont été mis en œuvre pour réaliser ces activités de façon à inspirer d’autres activités de ce même type.

c) Activités de prise de parole

Nous invitons des personnes présentant une déficience intellectuelle, seules ou en groupe, à prendre la parole autour de thématiques précises. Cette activité se réalisera en plénière et les prises de paroles seront d’une durée maximale de 10 minutes. À leur choix, les personnes pourront aussi s’exprimer par le biais d’une vidéo qui sera présentée lors de cette activité, mais les personnes devront également être présentes à l’activité. Au besoin, les personnes peuvent être soutenues et accompagnées dans la préparation de cette prise de parole. Les thématiques retenues s’articulent autour des questions suivantes :

  1. L’habitat : comment pouvons-nous améliorer les milieux de vie des personnes présentant une déficience intellectuelle?
  2. L’emploi : comment pouvons-nous améliorer les possibilités d’accéder à l’emploi ou à des activités socioprofessionnelles pour les personnes présentant une déficience intellectuelle?
  3. L’avenir et la qualité de vie : quels changements devrions-nous apporter pour améliorer la qualité de vie des personnes et leur permettre d’aspirer à un avenir meilleur?